ISE  伊勢

A 150 km de Kyoto, au cœur d’une forêt sacrée de 5500 ha, qui couvre 1/3 de la superficie de la ville, peuplée de cèdres et de cyprès, considéré comme le sanctuaire le plus sacré de Shintoisme.

aflo_JWDA002988

 

La solennité est de mise lorsqu’on arrive au Naikû, après avoir emprunté le pont Uji bashi, coeur du culte d’Amaterasu la déesse du soleil et reine des “hautes plaines célestes.

16

 

 

 YAOYOROZU NO KAMI 八百万の神

Découvrir amenisme japonais

20111001185338

«Il y a un dieu dans chaque grain du riz ce que j’ai appris lorsque j’ai été petite.

La soleil, la lune, le vent, les éclaires, les arbres, la rivière, la rocher, la risier, les maisons, la cuisine, les toilettes, les animaux, les poissons, la mer en toutes choses demeurent dieux, toutes choses sont sacrée.

Issus de l’Unité cosmique, les flux fondant la vie s’incarnent en une multitude de kami. Le polythéisme qui s’en dégage est infini, dans le sens où chaque parcelle de vie est sacrée.

Itadakimasu une expréssion pour dire «Bon appetit», signifie la gratitude envers la nature, et à ceux qui ont travaillé pour que ces nourriture soit sur la table. J’aimerais partager cette vision à travers notre voyage.

Le matin tôt est le meilleur moment pour le visiter le sanctuaire. L’air est pur avant d’accueillir les touristes et les pèlerins.

Nous pourrons croiser à la distribution du Higoto-Asayu-Omitsukesai, un rite qui dure depuis 1500 ans les deux fois par jours, consiste à préparer et offrir de la nourriture aux dieux.

 

MIKAGURA Danse Sacrée 御神楽

G-7

Le kagura(神楽, littéralement « agrément des kami ») est un rite artistique shintoïste,consistant globalement en une danse théâtrale.

Selon mytologie, la déesse du soleil qui s‘était retirée dans la grotte d’Iwayado ou Amano-Iwato (天岩戸), provoquant obscurité et froid sur le reste du monde. Ame no Uzume, divinité de la gaité et de la bonne humeur, exécute une danse lascive qui ne tarde pas à provoquer une hilarité tonitruante chez les dieux, ce qui éveille la curiosité d’Amaterasu et la fait sortir de la grotte. Kagura, danse théâtrale rituelle, est tiré de cette danse légendaire.

 

 

 

 

KYOTO  京都

150726183949-kyoto-guide-kiyomizu-super-169

Ancienne capitale impériale du Japon, sous le nom de Heian-kyō (“Capitale de la paix et de la tranquillité”).

Avec ses 2 000 temples, ses sanctuaires, ses palais, ses ponts, ses jardins, son architecture, Kyoto est considérée comme le centre culturel du Japon. Plusieurs temples de Kyoto sont classés dans le patrimoine mondial de l’UNESCO, sous le nom « Monuments historiques de l’ancienne Kyoto (villes de Kyoto, Uji et Ōtsu) »

 

Fushimi Inari taisha 伏見稲荷大社

Le sanctuaire aux 10.000 torii dans la montagne de Kyoto.

Située en sortie sud de la ville, Fushimi Inari est très pratiquées par les Japonais mais peu mises en avant dans les guides de voyage et encore relativement méconnue des occidentaux.

4636cd6c174f-caef-4473-9440-08a4d7522f46_m

 

Sanjusan-gen-do 三十三間堂

1001 status de bhudda à mille mains et mille yeux.

Ce temple renferme 1 001 statues de bois représentant des divinités bouddhistes Senju Kannon 千手観音 Bhudda à mille mains sculptées par Tankei, Kōzyō et Unkei.  Le chiffre mille symbolise la compassion illimitée du bodhisattva qui peut à la fois voir toutes les souffrances du monde (avec ses mille yeux) et leur venir en aide (avec ses mille mains). Cette forme, vénérée très tôt au Japon, reste très populaire dans l’archipel.

05-2

KIYOMIZU DERA 清水寺

Le temple tient son nom de la chute d’eau qui se trouve à l’intérieur de son enceinte, eau provenant des collines environnantes, kiyoi mizu (清い水) signifianteau pure ou eau de source. Il a été enregistré au patrimoine mondial culturel de l’UNESCO en 1994.

Le bâtiment principal du Kiyomizu-dera est célèbre pour sa plateforme, soutenue par des centaines de piliers, à flanc de colline et qui donne une vue impressionnante de Kyoto. Il y a aussi une pagode à trois étages et d’autres structures classées

 

清水寺-16

 

 

LES ATELIERS 体験講座

A Kyoto, nous pourrons organiser les visites des temples mais également les ateliers en petit groupe en optionnels tels que l’atelier de création de l’encents personalisé ou de cuisine, caligraphie, découvert de la cérémonie du thé.

 

157806ebcdd1974f8b81fc749c45117e330c1d41

 

272893_b78c4633cc_toppage_image_2

 

 

009

 

 

Balade à Kyoto 京都探索

ishibekoji 001_edited

1c85d9546151cbdd4f55981ad6d6211348220489

sagatori1

 

recommend_higashiyama01a

 

CERISIER 桜

aflo_BDGA014186

Mono no aware もののあはれ est un concept esthétique et spirituel japonais, pouvant être traduit comme « l’empathie envers les choses » ou « la sensibilité pour l’éphémère ». En particulier, la floraison des cerisiers, la célèbre « Sakura » montre que l’intensité sensorielle est inversement proportionnelle à la durée. Le front de la floraison, qui remonte depuis le sud, est avidement suivi par tous les médias pendant les dix jours que dure l’événement (entre l’éclosion du premier bourgeon et la chute du dernier pétale). Le paroxysme de la floraison jusqu’à saturation n’est pas considéré comme le plus esthétiquement parfait. L’ultime beauté n’est atteinte que quand les pétales commencent à tomber en une pluie de confettis roses. C’est alors qu’on peut mesurer la décharge esthétique de cette étincelle de vie.

Nous pourrons viser la période de cerisier entre fins mars au début avril ou koyo en automne le changement de couleur des feuilles en automne, en particulier celles de l’érable japonais (紅葉/椛, momiji?) ou du ginkgo. Ce sont des deux saison qui sont le plus apprécié du japon.

 

 

 

KKOTO ARASHI-YAMA 京都嵐山

 

Sagano-Bamboo-Forest.-Japan

 

IMG_9836

 

d8452f6dbd0a44c6f1585468f0509554e7602c61_p

 

ONSEN SOURCE DE L’EAU CHAUD A TAKAO 温泉 高雄

Après la visite à Arashiyama  nous pourrons passer la nuit à Takao ou il y a onsen de source de l’eau chaud.
img_bath_sora1

sea_spr

Dinner au Kawadoko, tout près de la rivier.

1_1

 

KOYASAN 高野山

Sans doute le plus mystique des monts sacrés du Japon, Koyasan ne se décrit pas mais se vit. Cité religieuse longtemps refermée sur elle-même, ses temples-auberges et sa forêt-nécropole invitent à la spiritualité.

UjkzQKv

 

Nous pourrons dormir dans un temple shukubo et déguster la shôjin ryôri 精進料理. Il est est souvent traduit par l’expression « cuisine de la dévotion », bien que le terme dévotion ne soit pas la traduction littérale du mot shôjin. En effet, shôjin désigne dans le bouddhisme l’une des portes de libération appelée Virya paramita, et qu’on peut traduire par enthousiasme vigoureux (merci Valérie pour ces précisions). Aujourd’hui, la shojin ryori désigne une cuisine végétalienne issue des principes bouddhistes interdisant de tuer des êtres vivants pour se nourrir.

精進料理

 

Il est possible de participer à la pratique de méditation du matin.

 

untitled

Parmi les sept mille habitants de Koyasan, près de la moitié sont des moines et le reste se compose de leur famille, issue des mariages survenus après l’arrivée des femmes. Avec encore cent dix temples actifs, la cité, quartier général de l’école bouddhique shingon, reste un centre religieux influent.

Le Kongobuji, temple où réside le plus haut prêtre de Koyasan, sert de porte-parole à la communauté religieuse. Cette dernière se centre principalement sur le culte du fondateur de la secte shingon, Kûkai (774-835), plus connu au Japon sous le nom de Kôbô Daishi. Figure incontournable du bouddhisme nippon, il inspire toujours le plus grand respect aux habitants et aux bouddhistes en général qui ne manquent pas de lui rendre hommage, comme lors de l’Aoba Matsuri, fête célébrant sa naissance.

DSC6802

DSC6839-1024x681

 

 

Recevez les 7 exercice de Kunda-Yoga
+